Il y a quelques années, j’avais commencé à tricoter par moi-même, sans vraiment savoir où j’allais. J’aimais déjà beaucoup ça, mais j’ai vite connu la frustration de la pelote emmêlée, l’agacement des erreurs qu’on ne sait pas rectifier… et puis finalement, je me suis fâchée avec mes aiguilles parce que je n’arrivais pas à surmonter les difficultés. Heureusement, parce que je suis tenace, cet hiver m’a semblé le bon moment pour reprendre à tête reposée. Cette fois, je voulais faire les choses bien. J’ai donc acheté un livre (je vous en parlerai prochainement si vous voulez), lu avec attention des explications d’autres tricoteuses, et demandé de l’aide. Selmasknits, si tu me lis… cœur cœur cœur. Enfin, je fais donc partie des tricoteuses débutantes qui s’en sortent pas trop mal ! La preuve, avec mon premier trendy châle.

trendy chale vertlavande
trendy chale vertlavande

Technique : les augmentations

Parmi les projets accessibles et très satisfaisants, ce châle est tout en haut de ma liste ! Pour le réaliser, il suffit de maîtriser le point mousse, et la technique des augmentations. Je sais que cela peut faire peur comme ça, mais vous pouvez me faire confiance : si j’y suis arrivée, vous y arriverez aussi sans aucun doute.

trendy chale vertlavande
trendy chale vertlavande

Le point mousse, c’est le tout premier point que l’on apprend, et j’en ai déjà un peu parlé ici à mes débuts. Vous pardonnerez d’ailleurs le manque d’esthétisme de cet article très ancien (j’espère que j’ai progressé depuis… vous trouvez aussi, non ?). Quant aux augmentations, c’est une technique de base qui permet d’ajouter une maille à son rang. Sans mentir, c’est vraiment faisable, et vous trouverez les explications sur internet sans problème; sur le compte youtube de phildar par exemple.

trendy chale vertlavande

Fournitures

Il vous faudra :

trendy chale vertlavande

Réalisation

Pour tricoter ce châle, j’ai donc commencé par monter trois mailles sur mes aiguilles. Puis, au rang suivant, j’ai tricoté deux mailles, puis fait mon augmentation, et tricoté la troisième maille. Je me suis donc retrouvée avec quatre mailles. Au rang suivant, j’ai continué : tricoter deux mailles, faire l’augmentation, tricoter les mailles qui restent. Cela faisait donc 5 mailles. Et rebelote, rang suivant, deux mailles, augmentation, tricoter le reste…

C’est tout ! Pas de complication, pas d’alternance difficile à retenir ou nécessitant des anneaux marqueurs ou que sais-je encore… Il suffit de répéter ces étapes de rang en rang jusqu’à remplir complètement vos aiguilles; vous verrez un triangle se former très rapidement. Une fois vos aiguilles vraiment remplies, il n’y a plus qu’à rabattre les mailles pour terminer votre ouvrage. N’oubliez pas ensuite de rentrer vos fils (j’ai tendance à les laisser faire des épis sur les bordures mais c’est vraiment idiot, un ouvrage bien net c’est quand même plus joli).

Avec une laine un peu épaisse et des aiguilles de diamètre assez large, ce châle se monte hyper vite ! En quelques jours, je l’avais terminé, sachant que je ne tricote que le soir après dîner. D’ailleurs, je ne l’ai pas précisé, mais l’intérêt des aiguilles circulaires est de pouvoir monter un grand nombre de mailles sans qu’elles ne tombent du bout des aiguilles. Plus vous aurez une grande longueur de câble, plus vous pourrez faire un grand châle. D’autre part, le fait de faire vos augmentations à chaque fois à deux mailles du bord vous donnera un joli effet de bordure. J’ai complètement zappé de demander à Pascaline (la merveilleuse photographe de cette session) de faire un gros plan pour ce détail, mais je vous le montrerai sur instagram à l’occasion.

trendy chale vertlavande
trendy chale vertlavande

J’espère que cet article vous aura plu et donné envie de tricoter… Peut-être que vous le faites déjà, et avez 15 trendy châles dans vos armoires ? J’attends vos retours ! Le mien est devenu un partenaire essentiel de cet hiver, porté autour du cou en écharpe sous mes manteaux, ou simplement posé sur mes épaules quand je suis à l’intérieur.

Et… ne le dites à personne, mais il y en a un deuxième sur mes aiguilles…