Art & Littérature, Culture

Silence, on tourne ! au Théâtre Fontaine

Bonjour à tous et à toutes,

Le 5 février 2017, j’ai découvert la dernière pièce mise en scène par Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleyras : Silence, on tourne ! au Théâtre Fontaine à Paris.

En résumé

Une équipe de cinéma a investi un théâtre pour le tournage d’un film. Aujourd’hui on tourne la séquence du mari trompé qui interrompt une représentation pour tuer l’amant de sa femme. Au cours du tournage on va découvrir que le producteur est véreux, que le réalisateur, amoureux de la jeune actrice et dévoré de jalousie, s’est promis de démasquer son rival pour lui faire la peau. L’éternel second rôle, quant à lui, est prêt à toutes les crapuleries pour faire décoller sa carrière et l’assistant-réalisateur doit ménager les uns et les autres d’autant qu’il rêve de réaliser son premier film avec la jeune actrice dans le rôle principal. Quant au public, il fait partie de l’histoire, c’est le figurant du tournage…

Du rythme

Ce qui est difficile avec le comique ? Garder l’attention du public, et un rythme qui rebondit. Comme un soufflé, le moment peut vite passer, le rire passer à côté, et le lien avec le public se briser. Ce n’est pas le cas dans cette pièce, qui nous met au coeur de l’action. Nous sommes les figurants du tournage, on se sent donc nécessairement impliqué dans la réussite du projet, on se laisse prendre au jeu et, presque chargés d’une responsabilité envers toute cette équipe qui tente tant bien que mal de créer un film.

Prise de risque supplémentaire pour la troupe, qui est partie rôder le spectacle dans toute la France avant d’arriver à Paris : l’ambiance et l’efficacité du spectacle changent à chaque représentation, car dépendent en partie du public installé dans les fauteuils rouges – davantage que dans les spectacles cloisonnés scène/public.


La troupe

Isabelle Spade

Gros coup de coeur pour Isabelle Spade, qui interprète le personnage de Rose. Elle est attachante, et son histoire parle du véritable féminisme et du rôle dans lequel certaines femmes se retrouvent parfois coincées quand leurs maris n’ont pas tout à fait grandi… Quand il sont inconstants et irresponsables, il leur arrive – inconsciemment sans doute – d’être nostalgiques de leurs mères qui savaient si bien les border ! Heureusement, Rose n’est pas dupe; elle reprend le pouvoir et cela fait du bien.

Nassima Benchicou

Dans le rôle de Lola, la jeune actrice prête à tout pour grimper et avoir son nom en haut de l’affiche, Nassima Benchicou est très charismatique et a une belle présence sur scène. Son personnage au caractère changeant nous permet de découvrir de nombreuses facettes de la comédienne. Son regard de tueuse a définitivement ma préférence.

Isabelle Barrault & Adina Cartianu

L’une gère l’équipe de techniciens en râlant, l’autre est la maquilleuse pleine de bonne volonté mais qui ne comprend pas un mot de français. De quoi obtenir l’élément indispensable du vaudeville : le quiproquo !

Le trio de musiciens : Patricia Grégoire, Jean-Yves Dubanton et Jean-Louis Damant

Patricia Grégoire est chanteuse, fait des claquettes – et les claquettes, c’est chouette ! – et est experte en comédies musicales à la Broadway. Jean-Yves Dubanton est guitariste, et son répertoire de prédilection est le swing manouche. Quant à Jean-Louis Damant, il fait partie de la grande famille des joueurs de cuivres et fait chanter le trombone avec une joie communicative. Il a une carrière impressionnante et est parti entre autres en tournée avec Manu Dibango. Dans la pièce, ils interprètent les techniciens dilettantes, qui saisissent chaque occasion de jouer ensemble au grand dam de leurs collègues.

Stéphane Roux et Jean-Pierre Malignon

Stéphane Roux incarne Philippe, le comédien qui s’y croit. Vous vous souvenez de Gilderoy Lockhart dans la saga Harry Potter ? On est face à son cousin ! Un peu pompeux, pas méchant pour deux sous avec son sourire qui scintille,  il vit dans sa petite illusion et c’est naïvement adorable… à tel point qu’on le prendrait presque en pitié.

Jean-Pierre Malignon endosse le rôle du metteur en scène amoureux de la jeune première. Coeur meurtri par la trahison, son désespoir nous arrache des rires coupables plus d’une fois…

Philippe Uchan est André, le producteur magouilleur. Il complote ainsi contre Rose, sa femme, et on aime tant le détester !

Quant à Patrick Haudecoeur, last but not least, il interprète Baptistin, le premier assistant technique, et est en première ligne concernant l’interaction avec les figurants : le public. Son air innocent ne l’empêche pas de se retrouver au milieu des soucis… c’est là l’apanage de ceux qui veulent faire tant plaisir à tout le monde qu’ils s’oublient un peu en chemin.

Je ne vous en dis pas plus, sachez seulement que le spectacle est plein de surprises et de rebondissements inattendus !

Plein tarif : 
- Catégorie 1 : 42€
- Catégorie 2 : 32€
- Catégorie 3 : 18€

Pour les moins de 26 ans, les mercredis et jeudis, toutes les places sont à 10 euros (selon les disponibilités) en appelant le 01 48 74 74 40.

Pour réserver, c’est par ici !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu es passé par ici ?