Culture, Divers, Musique

Mon horizon

L’avenir fait peur. Parfois, le présent fait peur aussi alors on ne sait plus trop vers où se tourner. Le passé n’existe plus que dans les rêves, et l’obscurité l’a de toute façon englouti bien vite. Nous sommes obligés de nous adapter, milieu hostile. Trouver sa place parmi les rires d’enfants et les larmes de vieillards. Pour être soi, il faut se défendre. Je me défends face au bruit, je lutte parmi les foules, je ferme les yeux dans le métro. Toute paix est bonne à prendre, pour réussir à entendre la musique de mes pensées.

Il paraît que tant qu’un rêve ne fait pas peur, c’est qu’il n’est pas assez grand. Moi, je rêve à échelle de géant. Je fais sans doute peur aux gens… Je les entends penser stabilité, risque, fantasme d’illuminée. Je vois dans leurs yeux l’émerveillement et l’angoisse. Mais imaginez, vous qui avez peur à ma place, doutez à ma place, perdez patience à ma place… Imaginez, vous qui n’êtes pas concernés, ce que moi je ressens.

Vivre avec le feu à l’âme et la paralysie dans les pieds est un combat de chaque jour. S’accepter est un défi, qu’on s’aime ou s’insupporte. Il faut me comprendre, il faut m’entendre: je ne suis pas de ceux qui veulent simplement vivre. Je veux exploser, exister, progresser, marquer. Je veux être une voix qui fait du bien. Je veux être une idée qui fait sourire. Je ne veux pas passer à côté.

Nous sommes tous façonnés par le tragique. Les heureux évènements nous font perdurer tels que nous sommes, seuls les obstacles permettent de changer, d’évoluer, de se définir.

Aujourd’hui, je pense que je suis assez précisément définie. J’ai vécu, évolué, osé.

Je sais ce que je ne veux pas regretter.

Fille d’acier, de Joseph Kosma par Françoise Masset (soprano) et Christine Icart (harpe), grande artiste et mon mentor, que je ne cesserai de respecter et d’admirer.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu es passé par ici ?