Art & Littérature, Culture

Voyage dans les mémoires d’un fou, par Lionel Cecilio

Bonjour chers lecteurs,

En ce moment et jusqu’au 29 avril, Lionel Cecilio tient un seul en scène d’1h15 au Théâtre l’Archipel. Ce spectacle, il l’a non seulement écrit (peut-être à la bougie ?) mais aussi mis en scène, et c’est bien sûr lui qui l’incarne dans ses enchainements de mots musicaux et silences suspendus.

Synopsis

Dans une chambre modestement meublée, entre un jeune homme duquel on ne sait rien; Il s’asseoit à son pupitre et semble particulièrement pressé de noircir les pages blanches d’un calepin. Qu’a-t-il de si « vital » à déposer sur le papier? Qui est-il?

Soudain, ses souvenirs le rattrapent et il s’évade dans le tourbillon de sa mémoire, nous embarquant dans une douce folie où mille reflexions existentielles s’entrechoquent au carrefour du rire et des larmes…

Mais… A-t-il vraiment vécu ?

Le personnage a la vingtaine, mais son esprit n’est pas tout à fait au même moment de sa vie. Il vient d’apprendre qu’il est atteint d’une maladie incurable; et son temps devient immédiatement plus concret, plus palpable. Les nuits se succèdent aux jours et il rédige avec frénésie les traces de son passage sur Terre, les souvenirs, les personnes, les sons et les parfums…

Le verbe est dynamique, élancé (comme le comédien d’ailleurs), rebondit et danse. Les mots se comprennent les uns les autres, nous rappellent aux émotions les plus intenses et sans doute les plus importantes de nos existences fugitives.

Lionel Cecilio est touchant, drôle et convaincu. Il défend son texte corps et âme, donc il est convaincant. Réussir l’instant miraculeux qui capture l’attention du public est une chose. Le faire durer en est une autre, et dans ce seul en scène aucun silence gênant, le soufflé ne retombe pas.

Choisir mon personnage préféré de ce spectacle ? Impossible. Ils sont bien écrits mais surtout interprétés de façon si physique qu’on les voit apparaître spontanément sous nos yeux. Ils nous rappellent ces gens qu’on a croisés, côtoyés, aimés ou subis. On en aime certains du premier coup d’oeil, d’autres nous accrochent à mesure qu’on les écoute parler.

Mais allez, je dois bien l’admettre, l’un d’entre eux est le plus attachant à mon avis, et peut-être le plus sincère; en tous cas le plus charmant : le petit garçon. Plonger dans le souvenir d’insolence et de désinvolture d’une enfance qui questionne, met en doute et déroute est toujours un moment délicieux. Lionel Cecilio s’en empare avec délectation et un regard de gourmand face à une vitrine de fontaines en chocolat.

Alors, pour réserver votre place au plus vite, vous pouvez le faire par ici !

Si vous avez déjà vu le spectacle et que vous souhaitez vous procurer le livre (je risque de travailler certains monologues pour le plaisir cet été), il est publié aux Éditions iPagination → c’est par là.

Théâtre L'Archipel
17 Boulevard de Strasbourg - 75010 Paris
01 73 54 79 79 - billetterie@larchipel.net

à très vite pour toujours plus de culture et d’émotion…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu es passé par ici ?