Divers

L’émancipation, voyons !

Vous est-il déjà arrivé de faire quelque chose pour les autres, pour leur faire plaisir ? Je ne parle pas de rendre un service, d’offrir un cadeau ou ce genre d’actes généreux. Je parle de prendre une décision, pas parce qu’elle vous semble être la meilleure pour vous, mais pour satisfaire les attentes d’autrui.

Vous est-il déjà arrivé de vouloir quelque chose, mais de vous l’interdire ou d’avoir peur d’oser, à cause de ce qu’on pourrait en penser ?

Est-ce que vous vous freinez ? Et pourquoi ça ?

L’une de mes plus grandes batailles avec moi-même, et je pense qu’on en passe tous par là tôt ou tard, violemment ou en douceur, est d’arriver à m’accepter. Je me limite sans arrêt et me donne de fausses excuses. Je veux mais je ne tends pas le bras. Je rêve mais n’ouvre pas les yeux. Je parle mais n’agis pas. On pourrait penser que c’est parce que je suis flemmarde, que j’ai les deux pieds dans le même sabot, que j’ai un poil dans la main, ou que « si je ne le fais pas, c’est parce que je ne le veux pas vraiment« . Mais non.

En fait, je suis extrême dans toutes les directions. Alors autant, je suis capable de me battre toutes griffes dehors pour me défendre et faire valoir mes idées. Autant, quand je veux trop quelque chose, ça peut me paralyser complètement. Je m’attache tellement que ça me fait peur, et l’idée de ce que je ressentirais si je devais échouer devient si puissante que je n’arrive même plus à essayer. C’est évidemment un cercle vicieux parce que si l’on essaie pas, l’échec est garanti. Mais je me fais croire que ça fait moins mal de cette façon.

tumblr_m33o5t3kpJ1r62x1lo1_500

C’est bien malheureux tout ça, parce que peu de choses sont inaccessibles en fin de compte. Quand on se donne corps et âme chaque jour, le succès finit souvent par pointer le bout de son nez. Alors pourquoi pas moi ? Pourquoi je devrais avoir moins de chances que ceux qui osent ? Ai-je si souvent raté que je n’y crois plus ? Même pas.

D’où vient ce drôle de phénomène qui m’amène me voir bien pire que les autres ? Ces autres qui, d’ailleurs, ont une bonne image de moi en général. Souvent, j’aimerais pouvoir être quelqu’un d’autre juste le temps d’un moment, et ainsi m’observer de l’extérieur. J’aimerais me voir à travers les yeux de ceux qui m’aiment, pour être rassurée. « Je ne suis pas si mal, finalement. Je peux y arriver. Je mérite d’oser. »

Mon défi en 2014 est d’arriver à m’émanciper. M’émanciper du regard des autres et de la petite voix dans ma tête qui me dit « tu ne peux pas« . Arriver à atteindre cet état de confiance en soi qui permet de se foutre de ce que les autres pensent. Arriver à me détacher du jugement, extérieur, mais surtout intérieur. Tout simplement : arrêter de me juger. Car oui, la première personne qui nous met des bâtons dans les roues : c’est nous ! On peut se cacher derrière le passé, se dire que c’est à cause de tel mot dur qu’on a un jour reçu, blâmer les épreuves qu’on a traversées, ou croire à la fatalité. Mais quand vient le moment d’aller dormir, tout ça n’est qu’un sac de noeud dont on doit se détacher. Il faut assumer ses responsabilités, et prendre les choses en main. On ne vit pas si longtemps, on naît et on meurt seul. Alors de quel droit limiter sa vie ? Pourquoi s’autoriser à vivre pour les autres ? Pourquoi se priver et laisser la peur nous maîtriser ?

tumblr_mab0o7gU5W1rz40h7o1_500

Je n’ai pas le choix : en 2014, je vais m’aimer.

signaturee

Rendez-vous sur Hellocoton !

  1. Natacha Artbook (@Natachartbook)

    1 février 2014 at 16 h 33 min

    Il me plait ton article, car finalement on est tous un peu passer par là, c’est à dire répondre aux attentes des autres et dans d’autres situations ne pas agir par peur de l’échec ou une sur-idéalisation de l’objectif ou du rêve qu’on a .

Tu es passé par ici ?