Divers

J’ai trop rêvé, je suis fatiguée.

Il paraît qu’il faut extérioriser, parler, remuer. Moi je n’aime pas ça, remuer. Je n’aime pas m’agiter, ou gamberger; et pourtant. A force d’être immobile, on voit les autres autour de soi s’éloigner. Ils avancent, eux, c’est logique. A trop regarder passer la vie, j’ai oublié de m’impliquer. Petite déjà, je rêvais beaucoup. Je rêvais de mon futur, de ma famille idéale, de ma grande maison, de mes animaux, de mes voyages au bout du monde… et je rêvais de ma carrière.

« Je veux être sur scène », qu’elle disait la petite Estelle. « Je veux incarner des personnages, en costumes incroyables, devant un public ». Je rêvais théâtre, je rêvais cinéma, je rêvais comédie musicale. Et j’étais harpiste, évidemment. On ne saisit pas vraiment la réalité de ce qu’on est, je pense. Il faut du temps pour se rendre compte de ce qui compte. La harpe était donc tellement une partie de moi, que je n’y pensais même pas : « devenir harpiste ? Ah non, moi je joue pour être la meilleure, mais pas pour être salariée d’un orchestre hein ». J’étais déjà quelque chose de précis. Mais je continuais à rêver ma vie.

Puis la harpe est partie, sournoisement. Elle s’est arrachée à mon bras… ça ne me manquait pas. Enfin une fille normale ! Pas besoin de travailler tous les jours ! Que tu crois. C’était pas pour moi ça, « être normale ». Comme elle n’était pas là, j’avais sans cesse envie de la toucher. Donc je rêvais à ces morceaux que j’aurais pu jouer. Puis elle est revenue, après peut-être une absence trop soutenue. Maintenant je dois la réapprivoiser, réapprendre à m’aimer aussi, ne pas trop exiger, accepter d’avoir reculé.

opéravancouver

Aujourd’hui je sais ce que je veux pour de vrai. Ce rêve qui ferait mieux d’être un projet. J’ai trouvé la carrière qu’il me fallait, celle qui était juste devant mon nez pendant que je rêvais. Je veux chanter à l’opéra. Incarner des rôles, sur scène, en costume, devant un public, et sentir l’orchestre qui respire devant moi. J’ai même commencé le chemin, j’ai payé des cours particuliers pour préparer le concours d’entrée… j’ai espéré et me suis présentée. On m’a beaucoup aimée, mais ils m’ont refusée.

« Très bon potentiel, mais une entrée cette année serait prématurée ».

C’était en septembre dernier.

signature

Rendez-vous sur Hellocoton !

  1. Clo

    29 juin 2014 at 14 h 31 min

    Joli texte ! Âme sensible depuis septembre qu’a tue décidée ? tu te représentes j’espère !

Tu es passé par ici ?