Divers

Garde la pêche et bois de l’eau fraîche !

Être sûr de soi, avoir confiance en soi ; c’est accepter ses choix et leurs conséquences, de façon positive. À mon sens, la confiance en soi est une harmonie entre soi et ses actes. On peut appeler ça responsabilité, mais je pense que l’un ne va pas sans l’autre. On ne peut être confiant si on n’accepte pas qui l’on est et ce qu’on fait. Parfois la vie nous met face à des situations dont l’issue nous déplaît ou blesse, et dans ces cas-là souvent la facilité est de se blâmer. Alors, on regrette nos choix, on questionne nos décisions. Ce questionnement, ce doute, est ce qui nous rend vulnérables. La remise en doute de soi est l’ultime barrière avant la confiance en soi.

Se teindre les cheveux toute seule à 10€ -> Boost de confiance

En pratique, ce que j’essaie d’appliquer pour avoir confiance en moi; c’est d’agir en mon âme et conscience, et de toujours avancer. Pour rendre ça plus simple, sourire est le départ. Il faut se sentir bien, accepter tous les bons moments qui passent dans la joie. Les mauvais, comme tous, ne sont que passagers et il faut savoir les tolérer.

Je me sens personnellement très influencée par la pensée bouddhiste tibétaine. Elle repose sur des principes de vie simples (aussi bien qu’une culture très riche) afin de se sentir mieux face à la réalité de l’existence. Il faut être gentil. C’est tout simple, mais si chaque jour on est gentil, le bonheur est souvent au rendez-vous. Il faut agir pour le bien. C’est de cette manière qu’on évite beaucoup de peines inutiles. Et finalement, il ne faut pas trop souffrir des mauvais moments, et ne pas se réjouir excessivement des bons. Le juste milieu, la sérénité de l’âme.

Et vous, comment vous trouvez votre juste milieu ? Que signifie « avoir confiance en soi » pour vous ?

signature

Rendez-vous sur Hellocoton !

  1. Macaronette

    22 août 2012 at 18 h 01 min

    Même sans être bouddhiste, être gentil, c’est ce qui rend l’autre aussi plus agréable.
    Quant à la confiance en soit, je suis d’accord avec toi, mais c’est difficile à mettre en oeuvre.
    On y travaille ;o)

  2. Claire

    18 août 2012 at 22 h 35 min

    Bien que je n’adhère pas à la religion bouddhiste, je dois reconnaitre qu’un certain nombre de concepts m’attirent et influencent ma façon de penser. Ce sont notamment les notions de non violence, d’impermanence, et de méditation (que je tente de pratiquer à son minimum, parce que les sages vont beaucoup plus loin! Ce que je fais – c’est à dire le « vide en moi » – n’est qu’un échauffement pour eux, c’est d’autant plus impressionnant).

    J’ai eu – comme beaucoup – en premier lieu un respect immense pour leur principe de non violence, prôné sans ambiguité, contrairement à toutes les autres religions que je connais. Pas d’ « oeil pour oeil, dent pour dent », mais une réponse à l’agressivité qui continue de me fasciner jour après jour. Comme tu dis, « agir pour le bien », contribuer au monde où on voudrait vivre, ça c’est la vrai leçon.

    Le concept d’impermanence est également preuve d’une sagesse profonde, l’acceptation du changement et de la dynamique de tout ce qui nous entoure. Dépasser l’illusion rassurante d’une monde stable et permanent. Tout ça ne cesse de me bluffer.

    Pas facile à appliquer, mais l’approche seul me rend déjà plus sereine…

    1. estellegdaily

      20 août 2012 at 15 h 51 min

      Hihi c’est bien pour ça que tu es ma meilleure amie… Rien à redire sur ton commentaire ;) Des bisous <3

Tu es passé par ici ?