Bonjour à tous et à toutes !

Fin mai, Châteauroux accueillait son 12ème Festival de la Voix, consacré au chant choral d’aujourd’hui, exclusivement a cappella.

voixchateauroux 1024x1024 - Le Festival de la Voix de Châteauroux

Organisé sur trois jours dans la ville et ses environs, ce festival nous permet ainsi de découvrir la pratique chorale et de beaux ensembles vocaux internationaux, autour de leurs esthétiques et de leur répertoire.

Trois angles complémentaires sont proposés :

les Concerts IN : des choeurs professionnels invités pour l’occasion se produisent tout au long des trois jours (concerts payants mais tout à fait abordables et valant vraiment le coût)

les Concerts OFF : des choeurs amateurs de la région se produisent également, cette fois-ci en entrée libre

les Ateliers : des intervenants, professionnels de la voix, animent des séances pratiques ouvertes à tous (choristes ou pas), pour une somme tout à fait modique. J’ai ainsi payé moins de 8€ pour une journée complète comprenant trois ateliers.

 

Je vais donc aujourd’hui vous raconter les ateliers auxquels j’ai participé samedi dernier, et je consacrerai un article à part au concert du samedi soir; car il y a beaucoup à dire !

Le corps au service de la voix

par Maud Hamon-Loisance

9h30 : les choristes entrent au compte-goutte dans la grande salle La Fontaine du Centre Culturel Racine. Une grande majorité de femmes – cela dit les quelques hommes présents semblaient tout à fait ravis. Les âges allaient d’environ 17 à plus de 60 ans. La rencontre a lieu immédiatement, tout le monde se retrouvant autour d’un plaisir commun : le chant et la pratique collective. Certains se connaissent, d’autres pas. Certains chantent d’ailleurs ensemble régulièrement. D’autres se découvrent.

Maud Hamon-Loisance, chef de choeur, chanteuse et pédagogue, nous met en confiance. Elle est souriante, très détendue et sympathique.

atelier maud hamon 2 - Le Festival de la Voix de Châteauroux

Tous en cercle, on commence un échauffement autour de la transmission : transmission d’un geste associé à une respiration, d’abord. Chacun propose un mouvement simple avec un son puis le groupe le reproduit tous ensemble : mouvement de la main qui symbolise une vague et son [s] tenu, haussement des épaules et trois petits [f] rapides… le but est de commencer à activer le corps tout en brisant la glace. Tour suivant, même jeu, mais cette fois le geste est associé à un son parlé. « Non, non, non » fâché et son index pointé vers l’avant, une autre dira « et pourquoi pas » en se tournant vers sa voisine. Tous de bonne volonté, l’exercice va vite. Troisième étape, la transmission d’un son chanté, toujours accompagné d’un geste. L’originalité n’a que l’imagination de chacun comme borne.

atelier maud hamon 1 - Le Festival de la Voix de Châteauroux

Tout le monde est ravi, la timidité commence déjà à s’effacer. Pour rester dans cette dynamique, la séance continue autour de l’idée de rencontre. Nous marchons tous dans l’espace, de façon libre. D’abord la consigne est de garder son regard pour soi, d’être dans l’intériorité. Puis, notre regard doit être à l’autre dans son individualité. Enfin, notre regard est large, ouvert, et doit embrasser le groupe tout entier. Une fois que nous sommes bien à l’aise avec ces trois pensées, les consignes s’ajoutent progressivement. En premier lieu, le regard de l’autre devient moteur de notre déplacement : si nous n’avons pas le contact visuel d’un collègue, nous n’avançons pas. Quand les regards se croisent, alors le mouvement est activé. L’étape suivante ? Au croisement du regard, il y aura échange du prénom…

atelier maud hamon 3 - Le Festival de la Voix de Châteauroux

L’exercice se poursuit, je ne vais pas ici vous détailler le minutage précis de toute la séance.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’un groupe fonctionne si deux critères primordiaux sont réunis : la conscience de soi, et la conscience de l’autre. Cela amène naturellement à l’idée de bien commun, de but commun. C’est très philosophique en réalité, le but d’un choeur est de faire de la musique ensemble; de créer un beau moment en tant que groupe.

Le but n’est pas d’être le plus beau tout seul, de chanter plus fort que son voisin. Il faut accepter de ranger l’ego et d’accueillir l’autre pour travailler en groupe et se soutenir les uns les autres.

La séance se poursuit avec quelques notions de posture par le biais du yoga, et de théâtralité en passant par un jeu de mime. Nous passons ensuite au chant en petits groupes, pour améliorer la qualité d’écoute et de lien entre chaque choriste.  Puis nous passons au chant avec une séquence d’improvisation guidée par Maud, dans une ambiance teintée de gospel – toujours en incarnant le son dans le corps, au moyen du « pas gospel » (un pas à gauche, on ramène le pied droit près du gauche, un pas à droite, on ramène le pied gauche près du droit, et ainsi de suite). Le groupe s’écoute, la musique émane naturellement dans la bonne humeur.

Chacun sort ravi de cette expérience. Les chefs de choeurs amateurs partent avec de nouvelles pistes de travail à intégrer à leur pratique, les choristes ont pris conscience de choses qu’ils oublient parfois dans le rituel habituel de leurs séances, les chanteurs ont gagné en astuces pour faire vivre le son.

Découverte de répertoires

par Loïc Pierre et en partenariat avec les éditeurs

12h : Les Editions SULASOL (Finlande), La Sinfonie d’Orphée, Mômeludies, Delatour, A Cœur Joie (France), Carus, et Breitkopf & Härtel présenteront leurs collections.

Sous la direction de Loïc Pierre, fondateur directeur artistique du festival, également fondateur et directeur artistique du Choeur Mikrokosmos depuis 1989, une poignée de curieux s’installe sur les sièges de la chapelle attenante pour déchiffrer des partitions pour choeurs de compositeurs méconnus en France. Un octuor de jeunes chanteurs professionnels (émanation de Mikrokosmos) est présent également pour apporter leur savoir-faire et soutenir nos lectures parfois hésitantes.

Loïc Pierre attire notre attention sur l’apparente simplicité de certaines oeuvres, qui se révèlent en réalité être périlleuses, à l’inverse de certaines qui sont plus accessibles et rapides à mettre en place.

Comme il le dit, les chefs de choeurs présents ce samedi pourront « picorer ce matériau et faire leur marché », selon le niveau de leurs choristes et ce qu’ils jugent réalisable ou non.

Improvisation sur un paysage sonore

par Loïc Pierre et ses chanteurs

⟶ ndlr : une vidéo est disponible sur le site BipTV à cette adresse, dès qu’elle sera sur Youtube je l’intègrerai à cet article ;)

14h15 : Autour de chants populaires européens, le choeur constitué par les participants est guidé par Loïc Pierre à travers un panel de possibilités d’arrangements et de polyphonies rapides à mettre en place. Cela permet non seulement de multiplier les interprétations d’un même morceau si on est amené à le chanter plusieurs fois avec les mêmes choristes (dans différents concerts ou festivals amateurs par exemple), ou de varier chaque couplet au sein d’une même oeuvre en alternant les rôles donnés à chaque pupitre. Ainsi, chaque chanteur est mis en valeur tour à tour, et l’auditeur peut apprécier successivement plusieurs lignes mélodiques sans se lasser.

mikro repet a la cafet - Le Festival de la Voix de Châteauroux

C’est également un exercice très enrichissant pour améliorer les compétences d’écoute des choristes, et leur conscience harmonique. En effet, l’intérêt de la pratique polyphonique réside surtout dans la richesse du son créé par la superposition de mélodies qui fonctionnent ensemble. La musique se lit et s’entend de façon horizontale, mais aussi verticale. C’est dans cette conscience des consonances et dissonances que le choriste peut vraiment sublimer un texte et lui rendre justice.

 Après cette journée de rencontres, bons moments musicaux et échanges enrichissants, j’ai assisté au concert du groupe norvégien PUST dans la petite église d’Argy. Je vous en parlerai d’ici peu.

Et vous, vous pratiquez une activité musicale ?
Vous êtes dans un choeur ou vous assistez parfois aux spectacles d’un de vos proches ?
Comment vivez-vous l’expérience collective, pensez-vous qu’il est important (ou même inutile) de se retrouver en groupe autour d’un plaisir commun ?

à très vite pour toujours plus de musique et de culture…