S’il y a une chose qui obsède des milliers de filles… ce sont bien leurs cheveux. Trop bouclés, trop lisses, la couleur ne va pas, ou on aime bien mais on veut changer quand même, ils nous demandent des soins qui prennent du temps alors qu’on déteste se prendre la tête, on trouve des coiffures tirées par les cheveux sur internet sans jamais réussir à les reproduire… Bref, c’est un sujet qui a donné lieu à énormément de tendances différentes, et récemment on se lâche beaucoup plus : jusqu’aux cheveux à la Petit Poney platine, rose pâle, bleu pâle, violet…

Pour ma part, je n’ai jamais osé de choses trop farfelues avec mes cheveux. Petite, j’avais une frange et j’ai eu toutes sortes de carrés et de cheveux mi-longs. Ado, j’ai eu tendance à pas mal abimer mes cheveux en les lissant sans arrêt : je n’assumais pas ma crinière ondulée/bouclée ultra volumineuse. Ah ça… du volume, j’en ai ! Mes cheveux sont assez épais, et j’en ai beaucoup beaucoup. D’ailleurs, j’ai beau en perdre une certaine quantité à chaque brossage – qui dit ondulation et boucles dit gros noeuds quasiment tout le temps – on ne voit jamais la différence ;) J’ai aussi eu la fameuse « mèche » sur le côté, mais bizarrement ça ne fait jamais le même effet que dans les magazines.

Ce n’est que depuis quelques années que j’ai commencé à assumer mes cheveux tels qu’ils sont, même si j’ai encore pas mal tendance à les attacher par flemme et pour ne pas les avoir toujours dans les yeux. En plus, le vent est un ennemi quotidien. Depuis un peu moins de deux ans, je me suis fait quelques ombrés légers : comme ma base est plutôt châtain, le blond donne un effet très naturel à ma tignasse. D’ailleurs, en été, je suis quasiment une « vraie blonde » qui tire plutôt vers le doré que le blond Barbie.

Photo du 44923674-04- à 12.28

Mon envie du moment, c’est de laisser pousser mes cheveux pour avoir un véritable long. J’avais presque atteint la longueur qui me plaît (milieu du dos) mais à cause de mes ombrés, toute la partie blonde du bas et des pointes faisait l’effet de paille sèche. Alors j’ai pris la décision de couper ce qui n’allait plus, pour repartir sur la pousse avec des cheveux en bonne santé : un mal pour un bien en somme. En sortant de chez le coiffeur, j’étais ravie : le mouvement naturel de mes cheveux est respecté, et la longueur du dégradé ne me demande pas de travail de lissage, je peux simplement mettre mes petites mèches derrière l’oreille. –> ma devise, ça peut être beau mais ça doit rester pratique !

Photo du 44950365-04- à 12.29

Comme d’habitude, parfois je regrette de les avoir coupés; mais maintenant je ferai l’effort d’un petit entretien régulier pour que la longueur reste jolie et en forme.

Photo du 53636771-04- à 14.53

Voilà l’avant-après, avec cheveux mouillés pour l’avant et sans aucun maquillage ni retouche.

Bises, bises…

signature