Culture, Musique

Bombino, la musique des nomades du désert

Vous l’aurez sans doute compris si vous me lisez régulièrement… la régularité, justement, n’est pas mon fort pour ce qui est du blog ! Je poste quand ça me vient, quand j’ai le temps, et ça m’arrive aussi très souvent de prévoir des articles (les penser, imaginer, brouillonner)… pour ne les rédiger finalement que trois semaines plus tard. OK, je l’admets, certains restent dans un coin de ma tête pour plusieurs mois (zutzutzut). 

Depuis le début de ce petit espace virtuel, j’ai publié dans toutes sortes de catégories et (je l’espère) progressé au niveau de l’aspect esthétique de mes articles. J’aime beaucoup partager avec qui veux bien répondre, et je me suis rendue compte que vous aimiez plus souvent les articles où je bavarde un peu.

N’ayant pas à l’origine conçu mon blog comme un journal intime à ciel ouvert – j’aime encore bien ceux dans lesquels écrire à l’encre – , il y a peu de chances que je me mette tout d’un coup à étaler mes états d’âme ici et de toute façon je doute que ce soit un sujet qui regarde tout le monde (si tant est que ça intéresse!). 

Cela étant dit, j’ai envie de vous parler un peu de choses que j’aime et de choses qui m’énervent alors j’ai décidé de tenter un nouveau type d’article à la mode coup de coeur/coup de gueule. Mais trève de tergiversations… voilà le premier épisode en exclusivité !

Coupdecoeur

Bombino_Agadez_canalh_blues_touareg

Omar Moctar, alias Bombino, est un touareg négérien. Guitariste, chanteur, il nous envoûte avec sa musique venue du désert: il sait allier merveilleusement tradition et modernité.  Sa voix nous emporte loin et fait appel à nos émotions enfouies. Il résonne de sincérité, et j’aime entendre la liberté qui danse autour de ses mots.  

Retrouvez ici l’une des chansons que je préfère.

Voici également un dossier de presse qui vous éclairera sur sa biographie et ses influences.

Coupdegueule

J’aime tellement la musique que je me délecte du silence. La musique est en effet l’organisation de sons et de silences, et on ne peut réellement apprécier quoi que ce soit sans son contraire ! On n’aime la lumière qu’en opposition à l’obscurité comme on dit. J’attache donc une grande importance au droit au silence, et quand on me prive d’un silence désiré, je m’énerve. C’est pour cette raison que je ne supporte pas les gens qui mettent leur musique en haut-parleur dans les lieux publics ou les transports en communs. De même, ça m’exaspère d’entendre le grésillement d’une chanson dont le volume est à fond à l’intérieur des oreilles de quelqu’un; en plus il se détruit petit à petit les tympans et j’en ai mal à sa place ! Je n’aime pas non plus les gens qui ressentent le besoin de faire trop de bruit sans arrêt: je les appelle les gesticulateurs… ils parlent fort, crient, rient à gorge déployée, et s’agitent à l’excès… sans doute pour qu’on remarque bien qu’ils existent.

3121401313_1_13_ADNF68UY

Je conclus donc cet article sur une note quelque peu négative, mais si vous relisez le coup de coeur en écoutant la chanson, je suis persuadée que vous quitterez cette lecture avec un sourire aux lèvres !

signaturee

Rendez-vous sur Hellocoton !

  1. monculcestdupoulet

    8 novembre 2013 at 10 h 47 min

    J’ai eu aussi un gros coup de coeur pour Bombino!
    (et je suis bien d’accord avec toi, le silence est d’or, j’en ai besoin souvent)

Tu es passé par ici ?