Vendredi 17 novembre 2017, la Librairie La Boîte à Livres proposait une rencontre exceptionnelle avec le linguiste et amoureux des mots Alain Rey et l’artiste Fabienne Verdier autour de leur livre tout récemment paru aux éditions Albin Michel : Polyphoniesir?t=estgdai 21&l=am2&o=8&a=2226321624 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier.

N’ayant pas encore acheté ce livre, je vais vous raconter la rencontre et ce qu’il en a été dit; et vous parler du livre d’Alain Rey qu’en revanche j’ai, et aime beaucoup (et qui illustre cet article) : Le voyage des mots : De l’Orient arabe et persan vers la langue françaiseir?t=estgdai 21&l=am2&o=8&a=2813206466 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier.

alainrey voyagedesmots 1024x685 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier

La rencontre

Fabienne Verdier est artiste-peintre (Sa biographie ici). Empreinte de culture chinoise et du geste du pinceau, sa démarche est une recherche de formes fondamentales. Elle a travaillé également avec des musiciens, notamment à la célèbre école américaine Juilliard.

Alain Rey est l’un des savants incontournables de France : linguiste, spécialiste de la langue française, responsable depuis 1956 de la rédaction des dictionnaires Le Petit Robertir?t=estgdai 21&l=am2&o=8&a=2321010606 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier, il est l’un des grands esprits de notre temps et l’écouter parler est un régal pour qui aime les mots.

Quand Alain Rey parle de sa rencontre avec Fabienne Verdier, il évoque la peinture abstraite comme celle de Kandinsky. Facilement acceptée par les anglo-saxons, elle est moins familière chez le public des pays latins pour qui, historiquement, la peinture est d’abord une représentation du réel. Plutôt que de peinture abstraite, Alain Rey aime parler, pour le cas de Kandinsky, de peinture pure. Pour lui, l’art pictural c’est d’abord la capacité à créer des formes et utiliser la force de la matière pour créer une forme nouvelle.

Ce qui est fascinant en peinture…

Le support plat suggère la profondeur.

Le support immobile suggère le mouvement.

Il y a une analogie à faire avec les mots également : un mot est avant tout un signe représentant une idée. Qu’est-ce que la peinture si ce n’est une association de formes représentant des idées ? Tout est ici histoire de signes.

alainrey voyagedesmots 4 1024x768 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier

Avec humour, Alain Rey parle de son amour des mots : ainsi « [il n’a] jamais rencontré un mot sur lequel il n’y [ait] rien à dire ». Ils décrivent l’universalité de la pensée.

Quand Fabienne Verdier parle de leur rencontre, elle évoque un voyage poétique, des conversations fructueuses tout au long de presque trois ans de réflexion autour du langage et de l’art. Elle affirme sans difficulté être particulièrement reconnaissante d’avoir eu cette grande chance et on sent une amitié intellectuelle forte entre les deux artistes.

Le travail de toute la vie de la peintre est la captation du réel. Elle s’est intéressée à la pratique musicale et a travaillé en lien avec de grands musiciens; elle en retient que la musique, comme la peinture, est une surgissement spontané, en constant devenir.

C’est dans cette perspective qu’ils ont élaboré le livre Polyphonies : Formes sensibles du langage et de la peintureir?t=estgdai 21&l=am2&o=8&a=2226321624 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier. De leurs discussions sont nés des couples de mots qui créent un axe de pensée : le dynamisme jaillit de ces croisements. Le livre est en effet pensé comme des anagrammes de mots. Par exemple, labyrinthe-liberté, voix-vortex, musique-mutation…

L’esprit du mot est quelque chose de vivant, qu’on ne peut contraindre et qui dépasse son usage. […] Il est en lui-même un facteur de poésie.

Comme le dit Alain Rey, le réel n’est en son essence pas accessible à nous (les physiciens étudient ces questions et la recherche scientifique nous le montre souvent), nous vivons dans une totale illusion à l’image de la caverne de Platon. Nous nous recréons donc un réel, à l’aide des mots, qui « sont polysémiques mais [dont] le contexte provoque la levée de l’ambiguité ».

alainrey voyagedesmots 6 1024x685 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier

De même, le sens d’un livre ou d’un tableau est différent pour chacun, constitué par l’ensemble des perceptions, sensations et interprétations de celui qui l’explore.

Pour Fabienne Verdier, chaque tableau est une expérience vécue par le corps entier : elle peint debout, au pinceau, la peinture goutte au sol… C’est tout naturellement que dans son atelier, une idée est née : elle a coupé le manche de son pinceau et l’a fixé sur un guidon de vélo pour travailler son geste à la manière d’une danse. Pour aller plus loin dans cette recherche, elle a installé quatre caméras sous sa table de travail. Le résultat de ce film est présenté au musée Voltaire à Genève. La peinture n’est plus seulement un résultat statique, mais considérée comme le tableau en train de se faire.

Cette quête du geste rejoint celle du langage par un point commun relatif à l’évolution même de l’espèce humaine : la station debout. En effet, c’est le fait de se tenir sur ses deux jambes qui a permis à l’Homme d’acquérir le langage; il n’avait plus pour seule préoccupation de se nourrir, les pieds lui ont permis de voir le ciel !

Dans ce livre à deux voix, Alain Rey a ajouté des textes manuscrits. Chaque couple de mots lié à sa peinture offre la plongée dans une histoire. D’ailleurs, il n’y a pas un premier mot, chaque couple est à égalité hiérarchique.

Pour vous, quelques-uns de ces couples…

Force-forme, sinuosité-sagesse, onde-ordre, joie-jeu, voix-vortex…

alainrey voyagedesmots 2 1024x685 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier

Aborder l’épaisseur culturelle par la richesse lexicale

Dans Le voyage des motsir?t=estgdai 21&l=am2&o=8&a=2813206466 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier publié chez Guy Trédaniel, Alain Rey rencontre le calligraphe Laassaâd Metoui, et ensemble ils partent sur le chemin des mots de la langue française qui prennent leurs origines dans l’Orient.

Le lecteur navigue d’étymologies surprenantes en histoires de cultures qui se mêlent, échangent et partagent.

alainrey voyagedesmots 3 1024x768 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier

Qui sait aujourd’hui que certains de nos mots les plus courants viennent de l’Orient ?

Ainsi « bougie », « matelas », « divan », mais aussi « douane », « magasin » ou même « jupe » !

Sans parler politique, nous vivons des temps difficiles où l’inconnu fait peur, où les cultures orientales sont souvent jugées avec un filtre subjectif imprégné de terreur et de méconnaissance. Le climat social est à la méfiance, au clivage et à la rupture. La France, pays métissé s’il en est, souffre quotidiennement du communautarisme voire pire. Combien de fois entendons-nous nos élus nous prévenir que la culture française n’est plus unitaire, mais va vers une hypothétique scission ?

Je suis d’avis que nous devons faire l’effort de la curiosité. Aller vers l’autre est une ouverture indispensable, et chacun s’enrichit à connaître des cultures voisines.

La langue d’une culture est sa musique, sa pensée, son histoire et son vecteur de poésie.

Je trouve ce livre sublime, et je vous invite de tout coeur à découvrir les petits extraits que je vous propose ici, pour vous donner envie d’y plonger.

alainrey voyagedesmots 5 1024x685 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier

Pour compléter votre bibliothèque, un autre volume a été publié :

Le voyage des formes : l’art, matière et magieir?t=estgdai 21&l=am2&o=8&a=281320773X - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier.

alainrey voyagedesmots 7 1024x768 - Rencontre avec Alain Rey et Fabienne Verdier